Une femme sur son ordinateur assise à la table d'un café

Télétravail : comment optimiser la flexibilité dans son entreprise

L’expression « métro, boulot, dodo » a du souci à se faire. Ces dernières années ont vu l’émergence du télétravail grâce aux outils de communication numérique. Cette pratique, encore peu répandue en France mais bien implantée dans plusieurs pays d’Europe, est vouée à évoluer au fil des ans car les Français sont de plus en plus mobiles dans le cadre professionnel.

En quoi consiste le télétravail ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Comment l’encadrer ? On vous explique tout !

Le télétravail, c’est quoi exactement ?

Un homme marche dans la rue, une sacoche à la main

Selon l’article L.1222-9 du Code du Travail, le télétravail désigne « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication ». Concrètement, c’est le fait pour un salarié de pouvoir travailler en dehors de l’enceinte de son entreprise. Espaces de coworking, bureaux clos, salles de réunion en location, cafés du coin… Notons que le domicile est le lieu le plus prisé pour effectuer son télétravail.

Depuis les « Ordonnances Macron » de 2017, les règles encadrant le télétravail ont été largement assouplies. Un simple accord mutuel entre l’employeur et le salarié suffit dorénavant pour effectuer du télétravail. Le tout de manière sécurisée, puisque tout accident survenu sur le lieu et à l’occasion du télétravail est présumé être un accident de travail (article L. 411-1 du Code de la Sécurité Sociale). Le refus de l’employeur doit être justifié par écrit. Inversement, le salarié peut refuser du télétravail si cela lui est proposé. L’employeur ne peut imposer du télétravail qu’en cas de force majeure (intempéries, risques d’épidémie, état d’urgence…).

Quels bénéfices pour les salariés et les employeurs ?

Si le télétravail est encore relativement peu développé en France (29% des salariés déclarent télétravailler, selon une étude IFOP réalisée pour Malakoff Médéric Humanis fin 2018), il est en revanche très demandé par 56% des salariés. Et à juste titre car il génère de nombreux bienfaits.

Citation : "La réussite appartient à tout le monde. C'est au travail d'équipe qu'en revient le mérite", de Franck Piccard.

Du point de vue du salarié, non seulement il permettrait de réduire – voire supprimer – le temps de trajet domicile / lieu de travail (réduisant par la même occasion l’empreinte carbone), mais il assurerait un cadre de travail plus favorable à la concentration, souvent plus calme qu’au bureau.  Plus reposés et bénéficiant d’un meilleur équilibre entre leur vie personnelle et professionnelle, les télétravailleurs s’estiment plus autonomes, plus efficaces et se sentent plus épanouis au travail.

Du point de vue employeur, le télétravail contribuerait à un meilleur engagement de la part des salariés et à une baisse de l’absentéisme. Et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les télétravailleurs se révèleraient plus productifs. De quoi reconsidérer son organisation au travail, n’est-ce pas ?

Quels inconvénients ?

Le choix du télétravail n’est toutefois pas sans risque et présente quelques revers de médaille. Le plus récurrent étant le risque d’isolement du salarié en télétravail. En effet, la diminution des échanges quotidiens entraînent souvent une perte de l’esprit d’équipe.

La mise en place d’un management à distance est primordial pour assurer un télétravail efficace et viable à long terme. Celui-ci peut poser quelques soucis s’il n’est pas adapté. La formation des managers et des salariés permet d’introduire au mieux cette nouvelle démarche dans l’entreprise.

Citation : "Partout où l'Homme apporte son travail, il laisse aussi quelque chose de son coeur", d'Henryk Sienkiewicz.

En outre, d’éventuels coûts supplémentaires peuvent être à prévoir afin de pourvoir en équipement les salariés en déplacement.

Il est à noter que certains métiers ou secteurs ne permettent pas ce type de travail à distance.

Encadrer et gérer le télétravail

Afin d’instaurer un télétravail efficace et durable, quelques éléments sont à mettre en place. Par exemple :

  • s’assurer en amont que les salariés disposent de tous les outils nécessaires pour mener à bien leur travail à distance
  • convenir ensemble d’une plage horaires pendant laquelle le salarié est joignable, mais aussi définir une heure à partir de laquelle il ne l’est plus
  • établir un accompagnement du salarié à distance, afin de prévenir l’isolement et la perte de l’esprit d’équipe
  • transmettre au salarié en télétravail les mêmes informations qu’aux autres membres de l’équipe et le convier aux réunion (en visio ou par téléphone)

Rien d’insurmontable en somme, mais suffisamment crucial pour ne pas négliger ces points, au risque de détériorer l’expérience à la fois pour le collaborateur, le manager et l’employeur. Le passage au télétravail s’apprend et s’améliore au fil du temps. Il requiert de la flexibilité et de la rigueur, mais les gains pour toutes les parties en valent la chandelle, aussi bien en termes de qualité de vie que de productivité. 

Alors, prêts à sauter le pas ?