Circulation alternée : le début de la révolution des transports ?

Les pics de pollution se répètent et inquiètent en France. Circulation alternée, vitesse réduite, réduction des titres de transports …

Pour freiner les effets dévastateurs de cette pollution, des mesures ont été prises. Mais sont-elles vraiment suffisantes ?

Circulation alternée : un bon début.

Si le phénomène peut vous paraître récent, c’est notamment parce que la circulation alternée n’a été mise en application que trois fois en France avant décembre 2016. La première fois en 1997, pour lutter contre un pic de pollution au dioxyde d’azote. Puis en 2014 et 2015, lorsque des pics de pollution aux particules fines sévissaientCirculation alternée un bon début en région parisienne. Mais certaines villes utilisent ce système depuis bien plus longtemps. Mexico, par exemple, a instauré une campagne de dépollution appelée « Hoy No Circula » (comprenez littéralement aujourd’hui on ne circule pas ) en 1989. A l’époque, le programme interdisait la circulation une fois par semaine aux voitures et
camions polluants. Il s’est durcit le 1er Juillet 2014 et concerne aujourd’hui un peu plus de 560 000 véhicules. On retrouve également ces systèmes de circulation alternée à Madrid, Bruxelles ou encore Pékin.

Si les résultats sont positifs, ils ne sont néanmoins pas suffisants. D’une part parce que tout le monde ne joue pas le jeu : la dernière circulation alternée à Paris n’a engendré qu’une baisse de trafic de 5 à 10% selon l’AIRPARIF. De l’autre, parce que les effets sont immédiats mais limités. Ils contribuent à baisser un pic, certes, mais ne contribuent que trop peu à la baisse globale de la pollution en France. Heureusement, la circulation alternée n’est pas la seule mesure prise pour réduire les pics de pollution. Peu à peu, on a vu apparaître les réductions de la vitesse maximale, la gratuité des services Autolib’ et Vélib’ et même l’interdiction d’utiliser le chauffage individuel au bois.

Circulation alternée, et ensuite ?

La fin de la circulation alternée : la voiture autonomeEt bien, pas grand chose. Du moins dans l’immédiat. Car si les mesures restrictives se multiplient, elles n’en restent pas moins des freins à un problème grandissant. Le constat est simple : la population globale augmente, les ventes de voitures également (+3% dans le monde en 2016 selon l’OICA). La voiture est de moins en moins polluante, mais l’avènement du tout-électrique est long à se mettre en place. Alors circulation alternée ou non, les changements doivent être plus importants ou venir d’ailleurs. Et cela pourrait bien venir des voitures autonomes, un rapport surprenant de Morgan Stanley nous indique par exemple que 2025 correspondrait à la « phase 4 » de la voiture autonome : où l’on vivrait dans une société utopique avec 100% des voitures autonomes. Outre le faible impact polluant des voitures autonomes actuelles, la réduction du temps de transport contribuera également à la réduction de la pollution globale. Fini la circulation alternée, on parle déjà de pelotons de voiture autonome qui se regroupent pour réduire la résistance au vent. La communication inter-voiture permettra un trafic beaucoup plus fluide.

 

Difficile d’adopter le sujet des voitures autonomes sans évoquer les Elon Musk, PDG de Tesla, Travis Kalanick, PDG de Uber ou encore John Zimmer, PDG de Lyft. Tous corroborent à la théorie de la troisième révolution des transports. On vient de le voir, la voiture autonome aura très probablement un rôle conséquent à y jouer. Mais aujourd’hui, certains projets fous pourraient changer la donne. En commençant par le Le désormais connu Hyperloop, un train circulant à très grande vitesse (environ 1000km/h) dans des tubes où règne un vide partiel. Développée par Elon Musk, la société promet de relier Los Angeles à San Francisco en 30 minutes ! Plus récemment, Airbus a annoncé vouloir présenter dès cette année un prototype d’engin volant autonome pour circuler en zone urbaine. Nom de code du projet : Vahana. D’autres annoncent vouloir créer un nouveau niveau vertical dans les villes, en reliant les immeubles entre eux et en densifiant les populations au sein des buildings. Si tout ça ressemble trop à une scène du film Le cinquième élément pour vous, n’oubliez pas qu’il y a 10 ans encore les voitures autonomes semblaient complètement irréalistes. Aujourd’hui, celles de Tesla ont déjà parcouru plus de 350 millions de kilomètres.

fin de la circulation alternée avec les voitures volantes

C’est sûr, le futur des transports a de quoi faire rêver. Mais est-il vraiment nécessaire ? Temps de transports, pollution, circulation alternée… Tout ça pourrait-être considérablement réduit si l’on changeait nos habitudes. Le développement du travail à distance et les dynamiques de coworking sont des solutions tout aussi efficaces à ces problématiques. Plus d’embouteillages interminables pour aller au travail, de pollutions intempestives et de temps perdus dans les transports. Alors la prochaine fois que vous vous demandez si votre voiture a le droit de circuler lors d’un jour de circulation alternée, n’oubliez pas que vous pouvez réserver un bureau via Moffi : l’occasion pour vous de gagner du temps et d’être écolo !

 

 

 

Sources : https://www.airparif.asso.fr/
http://www.oica.net/
http://orfe.princeton.edu