MOFFI MOBILITY TOUR #6

Rencontre avec Bénédicte Flouriot, la plus nomad des coach en reconversion.

@source : facebook Bene, the Nomad Coach

Nous sommes en plein après-midi et votre reporter attend sagement Bénédicte à la « Graîne Brulée », un café central de Montréal où la majeure partie de la clientèle profite du wifi gratuit et de l’atmosphère cosy pour venir travailler ou étudier. L’endroit a des airs d’espace de coworking et c’est forcement le lieu idéal pour rencontrer celle qui a quitté la France il y a déjà 18 ans pour une vie de nomad. « Bene the Nomad Coach », AKA Bénédicte Flouriot est coach en reconversion professionnelle et travaille exclusivement à distance. Cette française bientôt citoyenne canadienne a déjà habité sur de longues périodes dans pas moins de 7 pays et visité beaucoup d’autres sur des durées plus courtes. Rencontre avec une de plus fière représentante de la nomad nation.

Comment tu définirais ton mode de vie de digital nomad ?

« Pour moi, être digital nomad c’est beaucoup de rencontres, de rencontres avec les autres, mais aussi une rencontre avec soi-même. Cela te force à constamment sortir de ta zone de confort, à réévaluer les choses qui marchent et qui ne marchent pas pour toi. Cela demande beaucoup de courage mais cela permet également de rencontrer des gens exceptionnels et tellement différents. Je ne les aurais jamais rencontré si j’étais restée dans mon pays, ma communauté ou mon milieu social. «

Pourquoi es-tu encore nomad depuis si longtemps ?

« J’ai encore envie de vivre avec mes valeurs de liberté et d’indépendance et j’ai encore envie de vivre avec la communauté des nomads qui est hyper ouverte et bienveillante. »

Te vois-tu digital nomad toute ta vie ?

« C’est la question que je pose tous les matins pour très honnête (rires) … C’est une réflexion permanente. A mon arrivée au canada, je m’étais dis que ça serait ma dernière destination mais au bout de 6 mois je pensais déjà à mon futur projet car quand tu voyages autant tu deviens addict. Je pense que cela va durer encore longtemps mais dans le futur j’aimerais bien avoir une base où je pourrais revenir et me recentrer de temps en temps car c’est très fatiguant de bouger tout le temps. »

Qu’a changé internet dans ta vie de nomad ?

« Avant je restais 3 ans dans un pays alors qu’aujourd’hui je ne me pose plus la question, Internet m’a fait passer de voyageuse à digital nomad. J’utilise les sites et les applis de nomad pour tout prévoir au dernier moment en écoutant mes envies et mes besoins. Les nouvelles technologies m’a aussi permis de travailler exclusivement à distance, mes clients ne savent pas où je suis la plupart du temps !

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui voudrait devenir nomad ?

« Partir pendant un ou deux mois dans un hub de digital nomads et se mêler à la communauté pour ne pas se retrouver seul, c’est important d’être connecté avec des gens qui ont le même style de vie que toi. L’énergie qu’apportent les autres nomads est hyper importante. Chang Mai en Thailand  est une bonne destination pour commencer, il y a beaucoup de coliving, de coworking, de conférences sur le sujet etc ..Il faut aussi partir avec un vrai projet, être digital nomad ce n’est pas des vacances, c’est un mode de vie. « 

Dernière question, quelle serait ta destination de rêve ?

« J’ai mille et une idées qui me viennent en tête mais en ce moment j’aimerais bien aller à Taiwan pour le mix entre nature et ville. J’aime beaucoup leur façon d’aborder la vie, ils sont plus connectés à leur spiritualité que l’on peut l’être. C’est la destination qui se rapproche le plus de ma vision du voyage et de la connaissance de soi qui pour moi vont de pair. « 

Retrouvez Bénédicte sur le Web, facebook et insta.

À bientôt, The world is an open office…

Chaque semaine, retrouvez des éditos, des visites de lieux, les dernières tendances en matière de mobilité au travail et des interviews à travers notre vaste monde.


THOMAS GOUVRILLON  Programmeur full stack, globetrotteur, rédacteur web et empêcheur de tourner en rond.