MOFFI MOBILITY TOUR #12

Biohax : 2019 is the new 1984.

Après trois mois à parcourir les rues de la métropole québécoise, votre reporter a fait ses adieux devant un verre de microbrasserie à la belle ville de Montréal. Son nomadisme lui aura donné l’opportunité de rencontrer plein de gens passionnés et déterminés qui lui auront partagé leur savoir-faire et leurs innovations. Mais la route du MOFFI Mobility Tour ne fait que commencer ! Prochaine étape : la mythique cité de Stockholm. Votre travailleur préféré a déposé son Macbook Pro et sa nouvelle vapoteuse sans tabac dans un espace de coworking incroyable : Epicenter. Modernité et intelligence sentant le bon bois nordique et la modernité de demain caractérisent ce lieu magique. C’est Filip qui m’a fait visiter la maison. Avec lui, impossible de se tromper, on est bien en Suède. Il était surtout très fier de me montrer comment il arrivait à déverrouiller des portes juste avec sa main et son implant signé Biohax, une firme installée dans notre immeuble. 

« Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante. » 1984 George Orwell

Biohax a réussi à se tailler une part de lion dans le marché suédois de la technologie des micropchips. Avec plus de 4 000 implants installés dans la main de ses clients, la compagnie répond intelligemment à la mode du biohacking qui séduit de plus en plus de suédois. Situé dans la peau entre le pouce et l’index, l’implant permet de remplacer tout ce qui utilise normalement une carte à puce. L’utilisation de la technologie RFID basée sur l’exploitation de fréquences radio permet à Biohax de transformer quiconque en cyborg. La compagnie affirme ainsi participer à la réduction des déchets plastiques en remplaçant une partie des 6 milliards de cartes à puce produites dans le monde chaque année. Néanmoins, les détracteurs de cette nouvelle tendance pointe un enjeu qui doit exaspérer George Orwell, l’auteur de 1984 : le risque de sacrifier sa vie privée en étant traqué 24h/24h pour s’éviter la peine de composer un code, de trainer ses clefs, ou encore de griffonner sa signature quelque part. 

« La dictature s’épanouit sur le terreau de l’ignorance. » 1984 George Orwell

Votre observateur nomade reste perplexe face à cette innovation. En plus d’ouvrir la porte à une trajectoire que pourrait emprunter notre société prochainement et qui serait digne des pires dystopies qui ont marqué notre imaginaire, cette technologie n’apporte finalement rien de plus par rapport à l’utilisation d’un badge conventionnel. Se faire injecter une puce dépassée techniquement au bout d’un an sous la peau pour s’économiser quelques grammes dans notre porte-feuille, cela en vaut-il vraiment la peine? Je gage que l’on assiste là plutôt à la réalisation d’un fantasme technologique qui nourrit notre imaginaire depuis plusieurs générations. L’occasion de se croire quelques instants dans l’univers de Deus Ex ou de Bienvenue à Gattaca. 

Au delà de l’anecdote, Biohax, inconsciemment ou par opportunisme, s’inscrit dans l’air du temps mais échoue à convaincre le potentiel cyborg en moi et me donne plutôt l’impression de nous livrer une parodie de sa propre industrie. Je vous laisse, il faut que j’aille faire le tri de mes cartes de fidélité !

« A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » 1984 George Orwell

À bientôt, The world is an open office…

Chaque semaine, retrouvez des éditos, des visites de lieux, les dernières tendances en matière de mobilité au travail et des interviews à travers notre vaste monde.


THOMAS GOUVRILLON  Programmeur full stack, globetrotteur, rédacteur web et empêcheur de tourner en rond.